Actualités | Jeux de main, jeux de malin !

Jeux de main, jeux de malin !

19 Juin 2019
La wii : console toujours favoris des les aides soignants et des résidents pour la préservation de l'autonomie


Avec une manette très facile à prendre en main, sa légèreté, la préhension de la wii n’est pas contraignante pour la plupart des seniors et fait d'elle la reine indétrônée des EHPAD. Son utilisation s’intègre en un claquement de doigts. Que vous soyez en pleine partie de pétanque, sur un court de tennis, ou une initiation au tango , imitez les gestes que vous effecturiez dans la vie réelle. Par exemple, avancez votre bras de l’intérieur vers l’extérieur dans un geste ample de demi-cercle, et votre boule de bowling virtuelle part dans le décor, … et si possible dans les quilles ! Et puisqu’on parle de bowling : saviez-vous qu’il existe une grande compétition de Wii bowling seniors en Nouvelle Aquitaine ? Oui oui ! Chaque printemps à Poitiers, se déroule la Gamers Assembly, une compétition internationale de joueurs de jeux vidéo. Le célèbre jeu de Wii Sport y prend une place de choix et les joueurs sont acclamés par la foule. Qu’ils viennent de centres sociaux, de CCAS, ou de structures d’hébergement, chacun peut prétendre au titre… à condition d’être senior ! De cette ambiance festive et sportive, chaque année deux joueurs et un département sont célébrés vainqueurs. Après Marie et Geneviève, qui ont fièrement ramené la coupe au centre socio-culturel du Pertuis à La Rochelle, cet avril 2019, c’est Martine et Marie-France du Centre Social de Villeneuve qui ont su se démarquer des 5 autres équipes en course sur cette compétition du Silver Geek, pour offrir une 3e victoire consécutive pour le département de la Charente-Maritime.


 


Un contrat dûment rempli 


L’objectif est double : excellent moyen de divertir les résidents, c’est aussi un accélérateur d’autonomie ! Si si on vous jure ! En plus d’être amusante, la Wii accélère de 70% les facultés cognitives, les réflexes et la réactivité, selon une étude menée par un chercheur de l’université de l’Iowa aux États-Unis. Maintien de l'attention, recul du déclin des capacités cognitives et amélioration de la réactivité et des réflexes sont directement travaillés depuis les parties de jeu, des compétitions de fléchettes aux sessions virtuelles de pêche à la ligne. La gymnastique est neuronale, mais bien sûr aussi physique ! Sans transformer l'aîné en athlète olympique, l’amélioration des capacités motrices, la stimulation des sens et la meilleure coordination des gestes sont néanmoins des bonds de géant. Pour les points bonus, sachez aussi qu’elle valorise les seniors, qui, sachant rouler des manettes avec brio, boostent leur confiance en eux. Et ce n’est pas tout ! Car grâce aux jeux multijoueurs, les liens se créent ou s’intensifient avec les autres résidents, qui se parlent, coopèrent et s’entraident, voire s’affrontent, mais dans une bonne humeur communicative. En EHPAD, de nombreux champions de gaming s’ignorent peut-être encore.



Des innovations françaises pour aller plus loin


Les idées malines pour préserver les fonctions cognitives sont aussi françaises. La Wii peut être complétée de consoles ou de tablettes sur lesquelles sont chargés des jeux crées pour stimuler l’activité cérébrale. Ces jeux s’appellent les “serious games” : des jeux dont la motivation principale est, l’amusement bien sûr, mais l'entraînement des neurones ensuite. Smit’Art Edith, de la société française Dynseo, en est un très bon exemple : il s’agit d’un programme de jeux de mémoire adaptés aux seniors souffrant de troubles cognitifs (AVC, Alzheimer, Parkinson, démences, …) avec des règles du jeu simples, des graphismes ludiques, et des niveaux de difficultés adaptés.


Certaines tablettes ont même été conçues exprès pour nos aînés. Ardoiz, la tablette d’une filiale du groupe Laposte, possède des fonctions simplifiées pour les personnes âgées : des jeux déjà installés, des claviers adaptés, et une interface claire. Ainsi, tout senior peut prétendre à faire transpirer ses neurones, quand bien même il n’est ni à l’aise avec les nouvelles technologies, ni particulièrement attiré par les jeux vidéo. 




La réalité virtuelle, ce n’est pas qu’une affaire de gamers !


Des petites merveilles émergent sans cesse pour apporter de nouvelles façons de jouer. Si elles sont découvertes au départ dans le huit clos des passionnés de jeux vidéo et de nouvelles technologies, elles inondent plus ou moins rapidement le marché, pour atterrir un beau jour dans les établissements d’accueil des personnes âgées. Si en EHPAD la Wii reste une reine indétronée, une nouvelle venue s’attire de plus en plus la sympathie des seniors. Plus chère, elle offre néanmoins une expérience infiniment plus riche au résident, proche des effets recherchés par les salles Snoezelen. Il s’agit de la réalité virtuelle.



La réalité virtuelle au service de la santé et du bien-être


Ils ont fasciné le regard de petits et grands quand ils sont arrivés sur le marché en 2016 … les casques de réalité virtuelle nous promettaient des immersions à 360° et en 3D dans nos univers de jeux vidéo préférés pour des émotions ou des frissons garantis ! Promesses tenues ! Mais aujourd’hui, si le jeu reste la principale utilisation de cette technologie, le divertissement et l’exploration sont deux de ses autres bottes secrètes. C’est d’abord dans les hôpitaux que ces casques ont atterri pour une utilisation autre que le jeu. Leur rôle ? Calmer l’anxiété et la douleur des patients lors d’opérations locales, ou à vertu de formation, l’apprentissage d’opérations complexes à réaliser dans des blocs opératoires virtuels. La réalité virtuelle a rapidement séduit patients et professionnels du domaine médical.
 

Aujourd’hui, les casques de réalité virtuelle sont présents dans plusieurs EHPAD, au plus grand bonheur des seniors ! Parmi eux, les résidents d’un EHPAD de l’Yonne : grâce à l’initiative du personnel soignant et l’aide d’une association de joueurs de jeux vidéo, les résidents peuvent désormais profiter de cette technologie. Il faut tout d’abord enfiler le casque sur la tête, puis tout simplement se laisser guider. La vision à 360° du casque permet à l’utilisateur de ne plus simplement regarder un défilé d’images, mais d’être acteur de son expérience. Le résident peut bouger la tête, regarder le sol, le plafond, à droite, à gauche, et ainsi regarder tout ce qu’il lui plait. Si nos ainés ont été habitués à regarder le cadre fixe et délimité de leurs téléviseurs, au bout de quelques minutes les bénéfices du casque sont complètement intégrés et l’immersion est totale.

À la conquête de nouvelles expériences sensorielles inédites 


Les contenus à diffuser dans le casque sont aussi nombreux que variés : visites culturelles dans des musées ou châteaux, promenades nature à la mer ou à la montagne, plongées sous-marines voire explorations dans le temps. Si les différentes expériences à vivre sont époustouflantes à tout âge, le bonheur apporté aux personnes âgées qui éprouvent des difficultés à se déplacer ou qui ont rarement pu voyager dans leur plus jeune vie est incommensurable. Les visites et les ballades émerveillent les résidents et peuvent notamment calmer les pathologies. Ces visites sont un véritable pied de nez aux sensations d’ennui qui surviennent parfois chez quelques résidents. Parfois même, ces derniers ressentent une joie si forte qu’ils en oublient presque que la visite n’a pas réellement eu lieu. Plusieurs des ainés de l’EHPAD de l’Yonne ont par ailleurs raconté à leurs familles avoir visité, par exemple, le château de Chambord, dans la journée, sous les écoutilles abasourdies de leurs proches.  

Et ce n’est pas tout ! Nous évoquons les expériences de visites et ballades, mais il est aussi tout à fait envisageable de jouer grâce aux casques qui sont une de leurs utilisations phares. Au même titre que la console Wii, cela permet de travailler tonus musculaire et, pourquoi pas, à terme, amener au prolongement de l’autonomie ?



Avoir un casque de réalité virtuelle en EHPAD : par où commencer ?


Il faut tout d’abord s’assurer d’avoir un ordinateur suffisamment puissant au sein de l’EHPAD pour pouvoir y connecter le casque de réalité virtuelle. Les modèles et les prix des casques varient, mais côtoient tout de même les 600 € en moyenne. Selon la marque choisie, divers vidéos et jeux seront proposés sur les plateformes internet de la marque choisie. 


Certains casques ne nécessitent pas de liaison avec un ordinateur mais simplement avec un smartphone. Bon marché, il faut compter environ 100 € pour un tel casque, bien que la qualité visuelle soit moins saillante que sur les casques tout intégrés.


Enfin, si vous ne souhaitez pas investir dans cette technologie, des associations et des entreprises proposent désormais des animations au sein d’établissements tels que les EHPAD. Le matériel est prêté pour l’après-midi ou la journée, avec tout l’accompagnement de professionnels pour mener à bien l’expérience.



Encore un pas de plus vers le bien-être de nos ainés, et chez Domalys c’est un grand oui ! 






Crédits photos : Pixabay, istock, Maxpixel.

Powered by Froala Editor

Powered by Froala Editor

Powered by Froala Editor