Actualités | Le témoignage anti-EHPAD bashing : Elodie

Le témoignage anti-EHPAD bashing : Elodie

16 décembre 2020

Pour poursuivre notre série visant à redorer l’image des EHPAD, c’est aujourd’hui Elodie, directrice d’un établissement dans la Vienne qui a accepté d’échanger avec nous. Entre initiatives, qualité de vie et gestion des conflits, découvrez sa vision du travail.


Domalys : En tant que directeur et concernant le bien-être de vos équipes, quelles sont vos priorités ?


Elodie : Assurer la sécurité des équipes, rester le plus possible à l’écoute et encourager l’évolution professionnelle. 

Notre établissement est récent, nous l’avons équipé d’aides techniques et matérielles pour accompagner les équipes dans leurs tâches quotidiennes et véritablement les soulager. Puisqu’on parle de TMS, oui, il est clairement question de les limiter. 

L’écoute est aussi une valeur centrale : nous travaillons sur la mise en place de groupes d’analyses des pratiques, j’organise des réunions pluridisciplinaires et des réunions de service pour avoir un maximum de remontées et prendre collectivement les meilleures décisions possibles. 

Parallèlement, j’encourage aussi l’évolution professionnelle : elle est importante pour faire reconnaître les compétences acquises (aide à la validation des acquis par l’expérience) et construire une évolution de poste. 

Enfin, nous avons aussi conscience qu’il est essentiel d’avoir un cadre de travail agréable. C’est ce que nous avons construit notamment avec une salle de pause confortable et équipée, et c’est un lieu d’échange que nous faisons vivre aussi avec un petit déjeuner dominical pour l’ensemble de l’équipe toutes les semaines où café et viennoiseries sont offerts.


“Les initiatives sont attendues et encouragées” 


Domalys : De quels moyens disposez-vous pour récompenser, encourager vos équipes ? 


Elodie : Nous avons des primes de participation annuelle et un CE avec les avantages qu’il comporte. Parallèlement, j’ai une équipe engagée et nous mettons en place des actions solidaires, avec notamment, notre engagement chaque année depuis maintenant 4 ans à l’association « Imagine For Margo » pour laquelle nous participons à la course Enfants sans cancer avec les ambassadeurs composés de membres de notre équipe. Et puis, chaque année, nous organisons une soirée événementielle pour tous les salariés, c’est un moment de convivialité très important avec une bonne ambiance. 


Domalys : Quelle place laissez-vous aux initiatives ?


Elodie : Les initiatives sont attendues et encouragées, elles permettent de donner une vraie dynamique à l’établissement avec un personnel impliqué dans des projets. Je pense qu’il est essentiel de favoriser au maximum l’autonomie pour que chacun se réalise professionnellement. Et je le mesure tous les jours : les initiatives sont généralement plus réussies et plus fédératrices lorsqu’elles viennent des collaborateurs eux-mêmes.


“Veiller à la qualité de vie au travail et à l’épanouissement de chacun” 


Domalys : Comme dans n’importe quelle structure, il peut arriver que des tensions émergent, pouvez-vous nous parler du temps que vous prenez avec vos équipes pour apporter une solution ?


Elodie : Il arrive effectivement qu’il y ait des tensions au sein de l’équipe. La gestion de conflit demande un temps considérable : il est difficile de l’estimer parce qu’il touche le plus souvent plusieurs membres du staff de direction. Cela démultiplie donc le temps passé mais c’est important de le faire. Les tensions ou les conflits émergent le plus souvent à la suite de communications incomprises ou parfois moins diffusées ; et nous ne pourrons pas non plus empêcher les rumeurs circuler. Ma position consiste à rétablir la vérité. En fonction de leur nature et de leur degré d’importance, et étant donné que tout est une question d'interprétation, j’accorde du temps à comprendre les faits à l’origine des tensions si celles-ci peuvent générer des problématiques dans l’organisation des services et de manière sous-jacente, leurs possibles conséquences sur l’accompagnement de nos résidents et des professionnels affectés.  


Domalys : Pouvez-vous qualifier votre établissement comme un établissement où il fait bon travailler ?


Je répondrais oui et non ! 

Je répondrai “Non”, à cause du manque de reconnaissance de nos métiers par la plupart du commun des mortels, même si je suis passionnée par ce que je fais. Nous donnons beaucoup de notre temps et de notre énergie pour veiller à la qualité de vie au travail et à l’épanouissement de chacun. Néanmoins, le travail en EHPAD peut rester ingrat et peu valorisé, en renvoyant à une image très tronquée et obsolète par certains médias qui ne connaissent et ne s’intéressent pas à nos métiers. C’est sans compter le stress engendré par la progression de la dépendance et aux attentes qui sont sont de plus en plus soutenues. Face à ces attentes, les personnels de terrain répondent au mieux, mais parfois le feed-back et la reconnaissance peuvent être perçus comme faibles au regard de leur investissement. 

Je peux également témoigner en vous disant “Oui” parce nous travaillons dans un établissement agréable, bien équipé, avec une Direction générale qui nous épaule et soutient les initiatives. Nous avons aussi la chance d’avoir noué des partenariats forts avec des acteurs locaux qui apportent son lot de soutiens et d’appuis à nos équipes, sans oublier les résidents et familles qui nous accordent leur confiance au quotidien. L’atmosphère au sein de la résidence est primordiale, et nous passons de bons et beaux moments de vie. J’espère aussi que notre méthode de management est positive !